Activez JavaScript pour profiter pleinement de ce site ! Morgan Plus 4 - Électricité - Câblage
Logo Anciennes Automobiles
Logo Anciennes Automobiles

 

Menu rétracté

 

 

 

Nombre de visiteurs : 4    

Page mise à jour le 24.10.2022, visitée 563 fois

Morgan Plus 4 - Électricité
Câblage

Sommaire :

Morgan Plus 4 - Électricité
Câblage

Généralités  

La Morgan est un véhicule anglais fabriqué de façon artisanale et dont la conception remonte à presque un siècle. Pour ces trois raisons, il ne faut pas s'attendre à découvrir quelque chose de sophistiqué et accepter quelques incohérences, voire quelques aberrations en matière de câblage électrique...

Ses concepteurs ont de plus été chiches en équipement de protection ; elle n'a donc que très peu de fusibles (2 au total) et pas de relais.

Il est d'ailleurs frappant en comparant les schémas électriques des anglaises produites dans les années 50 et 60 de constater qu'ils se ressemblent tous, ont la même disposition et présentent les mêmes impasses techniques. À se demander si les constructeurs anglais ne sous-traitaient pas ce travail au même équipementier (Lucas) qui faisait alors beaucoup de copiés-collés...

Mais attention, particulièrement sur les Morgan, les câblages peuvent différer d'une auto à l'autre et présenter des variantes ; ne vous fiez donc pas totalement aux schémas, vérifiez sur votre auto avant toute intervention, réparation ou modification.

Toutefois, un des avantages de Lucas est de respecter le code des couleurs.

Code de lecture

Les couleurs employées pour le câblage sont classiques et conformes aux règles anglaises (cf. page « Couleur des câblages »).

Les codes couleurs sont rappelés dans ce tableau :

CodeCouleurCodeCouleurCodeCouleur
Bblack (noir)Ublue (bleu)Nbrown (marron)
Rred (rouge)Kpink (rose)Ppurple (violet)
Ggreen (vert)Sslate (gris)Wwhite (blanc)
Yyellow (jaune)Llight (clair) essentiellement utilisé pour le vert clair (LG)

Fusibles

Les fusibles ne sont que deux et ne protègent pas tous les circuits.

Défauts de conception

L'un des défauts est bien sûr le manque de fusibles. Mais il y a également le manque de relais qui fait passer dans les interrupteurs la totalité de l'intensité de circuits gros consommateurs comme les feux de croisement et de route.

En cas de réfection du câblage, lors d'une restauration par exemple, il conviendra de remédier à ces défauts, au risque de ne pas garder le caractère original du câblage, en ajoutant des fusibles et des relais. Mais il est possible de bien cacher les ajouts avec un peu d'ingéniosité.

Pour concevoir ces nouveaux câblages, se reporter à la page « Câblages ».

Batterie

Toutes les Morgan ont été équipées en 12 V, soit avec une seule batterie, soit avec deux batteries de 6 V montées en série pour des raisons de place.

D'origine, elles ont été montées avec le moins à la masse jusque vers 1939, date à laquelle ce fut le plus qui a été à la masse pour une raison purement anglaise et obscure que je n'ai toujours pas élucidée. Ce n'est qu'à partir de 1965 que le moins a été remis à la masse. Donc, prudence, il convient de vérifier le branchement réel de votre auto avant vos interventions.

Câblages  

Commençons par ce premier schéma qui concerne les Plus-4-Plus à partir de 1965. Je l'ai modernisé dans son allure en le reproduisant mais j'ai totalement respecté les circuits tels qu'ils figurent sur le schéma publié par Morgan. J'ai toutefois fait figurer deux anti-brouillards alors que le schéma original n'en fait figurer qu'un seul ; mais la réglementation a changé et ces phares doivent être dorénavant en nombre pair.

Schéma électrique Morgan Plus-4-Plus 1965 et +
Schéma électrique Morgan Plus-4-Plus 1965 et + © P. Bérenger

Différences de câblages  

Évolution

Nous allons repartir en arrière dans le temps.

Le schéma ci-dessus était quasiment le même pour les modèles Plus-4 et 4/4 de série IV du début des années 60 à une différence près, ils n'avaient qu'un seul avertisseur sonore.

Schéma électrique Morgan Plus-4 et 4/4 série IV (années 60)
Schéma électrique Morgan Plus-4 et 4/4 série IV (années 60) © P. Bérenger

Les modèles Plus-4 et 4/4 de série II étaient légèrement différents.

Schéma électrique Morgan Plus-4 et 4/4 série II (années 60)
Schéma électrique Morgan Plus-4 et 4/4 série II (années 60) © P. Bérenger

Les modèles antérieurs aux années 60 avaient des schémas bien différents et plus difficiles de lecture. Je les ai modifiés pour rester dans le même style que ceux ci-dessus tout en respectant évidemment la réalité et les couleurs des câblages.

Certaines mises à la masse, à partir des années 50, en remontant le temps, sont réunies en un faisceau pour aller vers un point de raccordement unique. Je n'ai pas fait figurer cette particularité sur les schémas pour ne pas les alourdir.

Voici le schéma des modèles Plus-4 et 4/4 de 1956. On notera quelques légères modifications de câblage mais surtout que la batterie est branchée avec le plus à la masse, ce qui a constitué la plus grande aberration technique anglaise car cette configuration favorise la corrosion électrolytique de la carrosserie et de toutes les pièces en acier de l'auto.

Il est très simple d'inverser cette situation et de mettre le moins à la masse comme sur tous les autres véhicules, anciens ou modernes. Outre le fait que la corrosion sera moindre, cette nouvelle situation permet d'installer des appareils modernes tels que les systèmes d'alarme, les autoradios, l'allumage électronique, un alternateur en remplacement de la dynamo, etc. Pour plus d'information sur cette transformation voir la page « Câblage - Conversion plus/moins ».

Une autre particularité de ce câblage est l'utilisation du double relais « DB10 » de Lucas qui gère l'allumage des ampoules STOP / clignotant de l'arrière en ne faisant fonctionner qu'un filament unique pour les deux fonctions ; ingénieux mais vraiment compliqué pour économiser deux ampoules... But so british !

Schéma électrique Morgan Plus-4 et 4/4 1956
Schéma électrique Morgan Plus-4 et 4/4 1956 © P. Bérenger

Voyons ce qu'est ce relais DB10 de Lucas :

Relais DB10 de Lucas
Relais DB10 de Lucas © DR

Continuons à remonter le temps avec le modèle Plus-4 du début des années 50. La batterie reste avec le plus à la masse mais le relais DB10 n'apparaît pas encore ; sur les modèles coupés et les modèles deux places, la batterie de 12 V est remplacée par deux batteries de 6 V montées en série. Par contre, il semble que sur les modèles coupés, les clignotants soient des bras articulés comme nous en avons connu sur les plus anciens véhicules ; donc un seul par côté (en anglais, trafficator).

Pas d'indicateur de température d'eau ni de voyant alarme sur cette fonction.

Schéma électrique Morgan Plus-4 1950-51
Schéma électrique Morgan Plus-4 1950-51 © P. Bérenger

Le « trafficator » :

Les trafficators sont des signaux sémaphores qui, lorsqu'ils sont actionnés, dépassent de la carrosserie d'un véhicule à moteur pour indiquer son intention de tourner dans la direction indiquée par le signal de pointage  ils sont souvent situés au niveau du montant de la porte.

Trafficator
Trafficator © Norbert Schnitzler

Ils sont apparus dans les années 1900 et étaient actionnés mécaniquement ou pneumatiquement. En 1908, l'italien Alfredo Barrachini leur a ajouté des ampoules électriques internes qui s'allumaient lorsque le bras s'ouvrait, mais le fonctionnement était toujours assuré par un système de câbles. Le fonctionnement électrique est arrivé en 1918 lorsque la Naillik Motor Signal Company de Boston a ajouté un moteur électrique. Ce système a été remplacé par un solénoïde linéaire en 1923 par les français Gustave Deneef et Maurice Boisson. Le système complet final est venu en 1927 lorsque Max Ruhl et Ernst Neuman ont combiné l'éclairage interne et le fonctionnement du solénoïde.

Ils ont équipé les véhicules jusqu'à l'introduction des clignotants aux coins ou près des coins du véhicule (et souvent également le long des côtés). Ils sont de plus en plus rares jusque dans les années 1950. De nombreux véhicules historiques (Volkswagen Coccinelle d'avant 1960, premières Peugeot 203, etc.) qui sont utilisés sur les routes d'aujourd'hui ont vu leurs trafficators complétés ou remplacés par des indicateurs modernes pour faciliter la visibilité et pour répondre à la réglementation. Ils doivent aujourd'hui être équipés de feux clignotants pour être conformes.

Passons maintenant aux modèles sortis juste après-guerre avec les 4/4 série I de 1946-47.

En guise de feux avant, on n'a que deux feux de croisement et un feu antibrouillard donc pas encore de feux de route !

À l'arrière un seul feu dans lequel se trouvent deux ampoules de feux de position (dont une peut-être pour la plaque d'immatriculation ?) et le feu stop.

Les indicateurs de changement de direction sont déjà les trafficators.

Un seul voyant au tableau de bord et comme indicateur, seulement le niveau d'essence.

La batterie est de 12 V sur les modèles à deux places et il y a deux batteries de 6 V montées en série sur les modèles à quatre places.

Sur les coupés, le bouton poussoir de l'avertisseur sonore est monté sous le tableau de bord, à côté de l'interrupteur des trafficators. Sur les modèles sport, l'interrupteur des essuie-glaces est sur le moteur des essuie-glaces.

Schéma électrique Morgan 4/4 série I de 1946-47
Schéma électrique Morgan 4/4 série I de 1946-47 © P. Bérenger

Voyons maintenant les coupés 4/4 série I de 1939 dont le câblage électrique est plus succinct.

À l'arrière, une seule ampoule de feu de position et une seule ampoule de feu stop dans le même ensemble.

À l'avant, deux feux de croisement et deux feux de position et en plus, un feu « pass light » (cf. ci-dessous).

Sur les côtés, les trafficators pour indiquer les changements de direction.

Nous avons de plus un éclairage intérieur puisqu'il s'agit d'un coupé et non plus d'un cabriolet.

Schéma électrique Morgan coupés 4/4 série I de 1939
Schéma électrique Morgan coupés 4/4 série I de 1939 © P. Bérenger

Le « pass light » :

Voici un système maintenant disparu sauf sur quelques motos. Il s'agit en fait d'un feu de style « appel de phare » qui était couramment utilisé pour demander aux véhicules se trouvant devant, de libérer la voie pour pouvoir les dépasser...

Ce comportement est aujourd'hui très mal perçu des autres usagers  il vaut mieux l'abandonner.

 

 

Les 4/4 série I de 1939 sont à peu près identiques mais encore plus simples.

À l'arrière, une seule ampoule de feu de position et une seule ampoule de feu stop dans le même ensemble.

À l'avant, deux feux de croisement et deux feux de position et le feu « pass light » (cf. ci-dessus).

Pas d'indicateurs de changement de direction et pas d'éclairage intérieur...

Schéma électrique Morgan 4/4 série I de 1939
Schéma électrique Morgan 4/4 série I de 1939 © P. Bérenger

Les 4/4 série I de 1936 ont le même schéma que les précédentes mais avec des petites variations de câblage.

Schéma électrique Morgan 4/4 série I de 1936
Schéma électrique Morgan 4/4 série I de 1936 © P. Bérenger

Le détail du fonctionnement du rotateur:

Schéma électrique Morgan - Rotateur
Schéma électrique Morgan - Rotateur © P. Bérenger

Ces schémas nous montrent les connexions opérées par le rotateur selon sa position. Le contact est mis dans toutes les positions excepté en position SUMMER.

On se demande pourquoi il y a les appellations SUMMER et WINTER qui correspondent en fait respectivement à 0 et CONTACT  en position SIDE, les feux de position sont allumés et en position HEAD, les feux de croisement et les feux de position sont allumés.

 

En cours d'écriture...

 

QUELQUES BRÈVES :

 

AUTORETRO
Magazine du groupe LVA, présente les anciennes, plus orienté youngtimers que Rétroviseur.

en savoir plus...


ÉVOLUTIONS DU PERMIS DE CONDUIRE ? 
Le permis de conduire est soumis à deux propositions de loi qui pourraient modifier sa durée de validité et sa forme.

en savoir plus...


LES ANCIENNES DANS LES ZFE 
Grande avancée sur ce dossier : les anciennes bientôt libres !

en savoir plus...


LE SIV N'EST PLUS OBLIGATOIRE 
La réglementation change : Si vous ne procédez pas à la vente de votre véhicule ou si vous ne ne changez pas de ...

en savoir plus...


 

Une
adresse
par jour
AUTORETRO
Magazine du groupe LVA, présente les anciennes, plus orienté youngtimers que Rétroviseur.

en savoir plus...


19
mars
2023
ÉVOLUTIONS DU PERMIS DE CONDUIRE ? 
Le permis de conduire est soumis à deux propositions de loi qui pourraient modifier sa durée de validité et sa forme.

en savoir plus...


16
février
2022
LES ANCIENNES DANS LES ZFE 
Grande avancée sur ce dossier : les anciennes bientôt libres !

en savoir plus...


6
janvier
2020
LE SIV N'EST PLUS OBLIGATOIRE 
La réglementation change : Si vous ne procédez pas à la vente de votre véhicule ou si vous ne ne changez pas de ...

en savoir plus...